Cathédrale nationale

Cathédrale de la Rédemption de la Nation

Contribuer

L’ICONE, SYMBOLE DE LA RENCONTRE DE L’HOMME AVEC DIEU

        L’icône est une véritable synthèse des actes de constance en Christ, rendus à travers l’art de l’Église. Au-delà du signe de verticalité qu’elle évoque et sous lequel elle crée une relation d’interdépendance entre le ciel et la terre, l’icône a un rôle essentiel et déterminant sur la manière dont l’homme regarde Dieu, dès ses premiers instants de la vie, mais surtout sur le cadre dans lequel la Création vivante rencontre son Créateur. Des milliers de témoignages ont été enregistrés sur le visage mystérieux et l’existence de la vie dans le visage iconographique, qui continue d’exister aujourd’hui à travers l’œuvre de la grâce divine, qui nous pousse, dans la foi orthodoxe, à dire que l’icône est plus qu’une représentation iconographique et stylistique adaptée, mais c’est une force durable.

        Empreinte visuelle des saints prototypes, située au confluent entre la Tradition liturgique de l’Église et l’histoire du monde byzantin et post-byzantin, l’icône a également un puissant rôle éducatif, partageant avec les fidèles  les modèles saints  de la vie chrétienne.

La rencontre face à face avec Dieu nécessite l’apparition de l’état de perfection de l’image divine révélée au chrétien, qui recherche la perfection. Cette rencontre ne peut avoir lieu qu’à travers l’icône, qui porte en elle-même une représentation de l’image immuable et inébranlable de Dieu et des saints en qui il est glorifié. Seulement c’est à ce moment que l’icône atteint son rôle de fenêtre sur le ciel, à travers laquelle la vraie Lumière entre, de manière consensuelle, dans l’âme du chrétien.

ICONOGRAPHIE ET STYLE DANS LA CATHEDRALE NATIONALE. TRADITION ET CONTINUITE

     Le caractère du témoignage de foi que porte l’icône est étroitement lié au caractère de préservation de la conscience de perpétuer la présence de Dieu dans la vie chrétienne. Ces deux caractères importants de l’icône prennent la forme d’un testament visuel complet enregistré sur les murs de la CRN, destiné à perpétuer l’enseignement de l’Église orthodoxe et des descendants chrétiens.

     La perspective de l’importance du chemin adapté à l’apprentissage se fonde également sur les propos de l’artiste Horia Paștină qui explique qu’« Une route qui ne mène pas à l’apprentissage est une route qui ne mène nulle part ». Rien n’est donc accidentel, rien n’est hors de propos, tant dans le contenu des représentations iconographiques que dans leurs formes d’expression stylistique qui recouvrent l’intérieur de la Cathédrale de la Rédemption de la Nation.

     Utilisant des sources d’inspiration à la fois de l’art byzantin et de l’art médiéval roumain, les mosaïques de la Cathédrale Nationale, à travers leur conception iconographique, le style stylistique adopté, le répertoire ornemental utilisé, visent à reproduire visiblement le caractère autochtone de l’art de l’église. Elle ne peut être pleinement exprimée que par l’hypothèse réelle de notre iconographie de la tradition byzantine, c’est-à-dire par l’ancrage ferme dans le sol sûr d’une tradition multiséculaire, la tradition étant une chaîne vivante qui part du passé, vit dans le présent et porte ses fruits à l’avenir.

LA MOSAIQUE DE LA CATHEDRALE NATIONALE

          La technique de la mosaïque est la forme la plus expressive qui pourrait être utilisée à l’intérieur de la Cathédrale Nationale, du fait que la mosaïque appelle l’œil à voyager et à découvrir, en fonction du mouvement, un état d’animation de chaque visage sacré qui recouvre le murs de l’église. C’est aussi l’un des rôles les plus importants de la technique de la mosaïque dans le rendu iconographique.

          Jusqu’à présent, à partir des travaux d’aménagement intérieur de la Cathédrale Nationale, une superficie d’environ 3 000 m² de mosaïque a été réalisée, dans le secteur le plus difficile, sur un total estimé de 25 000 m². Ce secteur comprend l’iconographie de l’autel et l’iconostase qui est agrémentée d’une série de 45 icônes, qui illustrent à la fois les saints prophètes de l’Ancien Testament, les saints apôtres et les scènes de fête et les grandes icônes royales.

LA CATHEDRALE DE LA REDEMPTION DE LA NATION, SYMBOLE DE L’IDENTITE NATIONALE

        La Cathédrale de la Rédemption de la Nation s’élève, d’une terre christianisée par le sang apostolique et martyr, non comme un ornement imposant de la nation, mais comme une brindille vivante de la nation chrétienne orthodoxe roumaine, qui continue de construire son existence et d’embellir son Autel construit sur «La pierre en tête de l’angle», «dont les bâtisseurs n’ont pas pris en compte», même pendant les périodes de croisement, où il semble que l’âme orthodoxe se soit dispersée.

         Le travail de la Cathédrale Nationale est plus qu’une preuve chrétienne de l’identité de la nation roumaine, c’est un symbole d’unité, de paix et d’amour de la nation, sous lequel nous sommes appelés à chaque volée de cloches.

        La perpétuation de l’acte de christianisation et de l’œuvre rédemptrice de l’âme roumaine est un devoir qui appartient à tous les chrétiens orthodoxes, appelés à sortir pour confesser la vraie foi et à construire l’image du Christ sur le fondement de l’Église. Grâce à cela, nous établissons un testament vivant et révélateur, que nous confions à nos fidèles dans la foi.

CONTRIBUER

A LA PEINTURE DE LA CATHEDRALE NATIONALE